ven. 07 janv.

|

Théâtre

Je vole...

De l’homme au monstre, du réel au magique, le parcours du « tueur de Nanterre ».

Les inscriptions sont closes
Voir autres événements
Je vole...

Infos pratiques

07 janv., 20:30

Théâtre , Durée 1h25 - Plein tarif : 27€, Abonné : 23€, -26 ans : 11€

À propos du spectacle

Je vole et le reste je le dirai aux ombres

BANDE ANNONCE RÉSERVER EN LIGNE

COUP DE COEUR : Un spectacle remarquable aussi documentaire que poétique sur les mécanismes de la violence, une intrigue foisonnante aux surprises multiples liées par une mise en scène d'une rare fluidité. Une déflagration implacable. 

LA PRESSE 

On se laisse facilement embarquer par cette histoire si obscure soit-elle. Outre une scénographie sensationnelle qui nous fait pousser des "waouh !" inconscients et silencieux, c'est l'angle d'approche de l'histoire qui nous intéresse, nous fascine. Et de la fascination, on n'en manquera pas Toutelaculture

La pièce est un remarquable docu-fiction sous forme d'une enquête psychanalytique qui ne trouvera aucun mobile sinon plusieurs, qui n'expliquera rien sinon une humanité morcelée "culture-tops.fr

Une écriture bouleversante d'humanité, l'intelligence du propos nous touchant de très près dans l'attention à porter aux autres. Une interprétation d'une grande finesse et d'une sensibilité à l'avenant, servie par une mise en scène tout à la fois poétique, simple et percutante Le Journal d'Armelle Héliot 

Moment extrêmement impressionnant par sa qualité et son originalité... Le plaisir tient beaucoup à l'insolite qui règne sur le plateau. Clotilde Morgiève est exceptionnelle.Théâtral Magazine

 Le spectateur incarne Richard Durn ; on est dans sa tête, on entend, on voit, on ressent à travers lui. Le fait que des phénomènes étranges aient lieu sur scène concourt à cultiver un malaise Un spectacle fascinant autant par le sujet qu'il aborde que par la forme qu'il emploie Froggy's Delight

De Jean-Christophe Dollé, Mise-en-scène Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé

Avec Jean-Christophe Dollé, Julien Derivaz, Clotilde Morgiève et les voix de Félicien Juttner et Nina Cauchard

Richard n’est pas un homme comme les autres. Habité par des pensées étranges, il est persuadé de posséder des pouvoirs surnaturels. Après avoir commis l’irréparable, interrogé au 36 quai des Orfèvres, il saisit un moment d’inattention de son gardien, pour s’envoler par le vasistas. Cette pièce prend corps dans l’espace de sa chute. Une seconde d’éternité où tout le chaos de sa vie lui revient.

Nous sommes le 28 mars 2002, il est 10h30. Richard Durn, se jette par la fenêtre de la salle d’interrogatoire du 36 quai des Orfèvres. Comme dans un rêve, durant cette seconde d’éternité, on assiste aux rencontres qui ont changé la vie du « tueur de Nanterre », celles qui l’ont fait trébucher, celles qui auraient pu le sauver. Tout reprend vie, les personnages du quotidien, les rencontres d’un soir, les héros imaginaires se côtoient et s’entrechoquent pêle-mêle dans sa mémoire : sa mère, son seul ami, la vendeuse d’armes, le professeur d’art dramatique, Roberto Zucco, l’amoureuse de Bosnie, Robocop, l’adjointe au maire et Brad Pitt.